Hypothèques : 5 règles à suivre pour économiser de l’argent

Pendant la recherche d’un prêt immobilier, il est bon de suivre quelques règles simples, afin de pouvoir choisir correctement le meilleur financement. Découvrez les 5 règles pour évaluer au mieux les propositions hypothécaires du marché, afin d’éviter de changer d’hypothèque parce qu’on est insatisfait par la suite.

Choisissez le prêt hypothécaire avec le meilleur spread : le taux sera plus bas

Le spread est le coût réel que chaque banque exige de ses clients pour l’octroi de l’hypothèque. Il s’ajoute au taux d’intérêt du prêt demandé et définit le coût fixe de l’hypothèque. Plus l’écart appliqué par la banque est faible, plus l’intérêt à rembourser sur le prêt est faible.

Le Spread reste le même pendant toute la durée du prêt, même en cas de subrogation. Il est donc essentiel de choisir dès le départ un prêt hypothécaire dont l’écart est très faible. L’hypothèque doit être remboursée en calculant la valeur du Spread plus le taux de l’indice de référence choisi :

Hypothèque à taux variable = Spread + Euribor

Pour trouver le meilleur prêt hypothécaire, il est bon d’évaluer non seulement la valeur du versement, mais il est important de garder immédiatement à l’esprit le coût global du prêt, y compris les frais annexes.

Pour vérifier le coût réel, évaluez le TAEG : il représente le taux annuel en pourcentage et indique le coût du financement déjà complet avec les frais annexes, l’évaluation et l’enquête, prévus pour la signature de l’hypothèque. Grâce au TAEG, il est possible de comparer les différentes solutions hypothécaires en tenant compte de toutes les dépenses et de comprendre immédiatement la commodité de l’hypothèque.

Enfin, il est important de vérifier que le taux proposé par la Banque n’est pas simplement un taux de lancement (c’est-à-dire un taux promotionnel prévu uniquement pour les premières échéances du prêt), mais qu’il s’agit d’un taux valable pour toute la durée du prêt. La formule du TAEG est la somme du taux initial et des frais annexes.

Méfiez-vous des produits mixtes : parfois, ils n’en valent pas la peine

Il n’est pas toujours facile de déterminer soi-même quel type de prêt hypothécaire est le plus approprié et parfois, pour éviter de devoir choisir entre un taux variable et un taux fixe, on préfère opter pour une solution intermédiaire, mais celle-ci peut s’avérer plus coûteuse que les autres.

Il existe principalement deux options intermédiaires :

  • Hypothèque à taux variable avec plafond : elle vous permet de contracter une hypothèque à taux variable avec une limite maximale au-delà de laquelle le taux d’intérêt ne peut jamais augmenter, même si les taux du marché devaient la dépasser.
  • Prêt hypothécaire à taux mixte : permet de modifier périodiquement le taux d’intérêt, en passant d’un taux variable à un taux fixe et vice versa.
    Il s’agit apparemment de deux solutions avantageuses, mais il faut tenir compte du fait que la Banque, dans ces cas, prévoit des coûts plus élevés pour le prêt hypothécaire, en raison de la couverture supplémentaire qui n’est généralement pas prévue pour les prêts immobiliers traditionnels.

Les prêts hypothécaires mixtes et variables avec Cap comportent toujours une marge plus élevée.

S’informer sur les premiers prêts immobiliers : vous pouvez économiser de l’argent

La réglementation actuelle sur les prêts hypothécaires prévoit des déductions fiscales pour ceux qui demandent un premier prêt immobilier. Il est bon de se renseigner sur les conditions à remplir pour bénéficier de ces avantages. Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez réduire les coûts de votre prêt hypothécaire, même en cas de prêts pour la rénovation et la construction de votre propriété.

Bien entendu, pour pouvoir bénéficier de ces avantages, vous devrez prouver que vous remplissez certaines conditions, mais si vous les remplissez, vous obtiendrez une économie garantie sur l’achat de votre logement.

Évitez un nouveau financement avant votre prêt hypothécaire : il peut vous pénaliser

Demander un nouveau financement avant de demander un prêt hypothécaire peut être pénalisant.

Pour décider d’accorder ou non le prêt, la banque évalue la situation des revenus de chaque demandeur, afin de s’assurer que le client est en mesure de soutenir l’engagement économique : le risque, dans ce cas, est de ne pas être considéré comme éligible pour soutenir le prêt hypothécaire en même temps que le paiement d’un autre prêt.

À cet égard, il est important de savoir que la Banque vérifie que les engagements financiers pris par le client ne dépassent pas 35% de ses revenus mensuels ;
ne prend pas en considération les revenus non officiels perçus, tels que les revenus provenant de loyers non enregistrés et de contrats de travail atypiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *