Russie : inflation et autres maux de l’économie

L’économie russe a du mal à se remettre de la pandémie. La reprise dans le pays de Poutine se heurte toutefois à plusieurs obstacles : de l’inflation aux vaccins très lents.

Quel est l’état de l’économie dans la Russie de Poutine ?

Apparemment, il y a des signes d’une légère reprise après le choc de la pandémie : au quatrième trimestre de 2020, la contraction s’est atténuée, en partie grâce à la décision de Poutine de ne pas imposer un deuxième bloc national. Le PIB n’a baissé que de 1,8 %, alors que les estimations étaient de 2,2 %. L’économie du plus grand exportateur d’énergie est-elle vraiment en bonne santé ? Ce qui se passe réellement en Russie.

Russie : quelle reprise économique ?

Plusieurs facteurs ont permis à la Russie d’afficher une contraction moins importante que les autres États, même en pleine crise de la Covid. Premièrement, la Russie a imposé des restrictions plus légères depuis le verrouillage initial. En outre, son secteur des services (le plus touché par la crise) est relativement faible en termes de part de la production.

Et puis il y a l’effet pétrole : aux prix actuels du brut, l’économie pourrait croître d’environ 2,5 % cette année, selon Alexandra Suslina, spécialiste du budget au Groupe d’experts économiques, un groupe de réflexion à Moscou.

Il convient de noter que, juste en mars, la production pétrolière russe a augmenté. Selon le vice-premier ministre Alexandre Novak, la Russie devrait augmenter uniformément l’offre d’un total de 114 000 barils par jour en mai-juillet. Cela permettra au pays d’atteindre son quota de production conformément au programme original OPEP+ établi l’année dernière.

Inflation et vaccins : les malheurs de l’économie russe

Cependant, la Russie de Poutine manifeste des ombres non négligeables pour l’économie du pays. La faiblesse du rouble et la hausse de l’inflation exercent une pression supplémentaire sur la détérioration du niveau de vie des Russes. Les revenus réels disponibles sont encore inférieurs d’environ 10 % aux niveaux atteints avant l’annexion de la Crimée en 2014, qui a déclenché des sanctions internationales.

Le gouvernement a eu recours au contrôle des prix de certains produits alimentaires de base pour tenter de contenir l’inflation, qui a augmenté en février au rythme le plus rapide depuis 2016. La croissance des prix à la consommation a atteint 5,8 % au 15 mars, selon les estimations de la banque centrale.

Alors que les pays d’Europe connaissent la troisième vague de Covid-19, poussant certains gouvernements à de nouveaux gels, la Russie continue d’assouplir les restrictions et les cas enregistrés sont en baisse.

La campagne officielle d’incitation à la vaccination de masse, qui a jusqu’à présent suscité peu d’intérêt de la part du public, ajoute à l’incertitude.

Bien que M. Poutine ait ordonné le lancement du programme en décembre, seuls 4,3 % environ des Russes ont reçu une première dose du vaccin, contre 11 % en Turquie, près de 30 % aux États-Unis et près de 50 % au Royaume-Uni. Une vaccination aussi faible en Russie pourrait profondément compromettre la reprise économique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.