Dépenses des ménages : les premières augmentations après une année de pandémie

Comment ont évolué les taux des principales dépenses des ménages un an après le début de la pandémie ? Le début de la campagne de vaccination et la perspective d’un éventuel retour à la normale à l’horizon contribuent-ils à augmenter ou à diminuer certains coûts ?

Et, également, à quoi peut-on s’attendre dans un avenir proche ? Ces questions sont à la base de l’analyse que nous avons réalisé sur la responsabilité civile automobile, les hypothèques, les prêts, les factures d’électricité et de gaz, les comptes courants, les tarifs de téléphonie mobile et l’internet domestique, en comparant ce qu’ils nous coûteront en janvier 2020 et ce qu’ils nous coûtent aujourd’hui. Voici ce qui en ressort.

Qu’est-il arrivé aux prêts hypothécaires ?

En même temps que le déclenchement de la pandémie, on a assisté à une baisse des taux hypothécaires en France ; ces conditions ont persisté tout au long de l’année 2020 et, aujourd’hui encore, les indices sont en moyenne inférieurs à ceux que l’on trouvait avant l’arrivée de Covid. Si l’on regarde le taux fixe, pour un prêt de 126 000 € à rembourser en 25 ans, le Taeg moyen est passé de 1,58% en janvier 2020 à 1,24% en février 2021.

Cependant, quelque chose est en train de changer à tel point que, ces dernières semaines, le taux fixe a recommencé à croître ; en mars 2021, la Taeg moyenne est passée à 1,35%, soit 8,9% de plus qu’en février. L’augmentation du taux fixe, expliquent les experts de Facile.it, est liée aux prévisions de croissance de l’économie américaine et, par conséquent, au possible redémarrage de l’économie européenne et de son inflation, des prévisions qui ont conduit à une augmentation de l’IRS, l’indice qui guide le taux des hypothèques fixes.

En revanche, l’évolution du taux variable est plus stable, ayant baissé en 2020 et se situant toujours à des niveaux minimaux ; pour la simulation indiquée ci-dessus, le Taeg moyen est passé de 1,08% enregistré en janvier 2020 à 1,03% en mars 2021. Par conséquent, l’écart entre les taux fixes et les taux variables, qui avait été réduit au minimum ces dernières années, se creuse à nouveau.

Et les assurances automobile ?

Comme on le sait, le blocage, avec la diminution conséquente du nombre de voitures en circulation et du nombre de sinistres enregistrés, a entraîné une contraction des taux d’assurance ; après l’effondrement de mars et avril, et quelques petits ajustements entre mai et juin, en correspondance avec les premières ouvertures, les primes moyennes sont restées à des niveaux extrêmement bas tout au long de l’année et aujourd’hui encore, les conditions sont extrêmement favorables. Selon l’observatoire RC auto de Facile.it, la prime moyenne enregistrée en février 2021, égale à 464,09 €, est inférieure de 13,5 % à celle de février 2020.

Dans ce cas également, cependant, quelque chose a changé et la courbe tarifaire semble avoir entamé une inversion, à tel point que de janvier à février 2021, une hausse, bien que légère, des primes moyennes a été détectée : +1,44%.

Factures d’électricité et de gaz : en hausse ?

En analysant l’évolution des tarifs de l’électricité et du gaz sur le marché libre, il ressort que, pour le premier semestre 2020, l’arrivée de Covid a entraîné une baisse significative du coût de l’énergie. Toutefois, à partir du dernier trimestre de l’année dernière, les prix ont recommencé à augmenter et aujourd’hui, les taux moyens sont encore plus élevés que ceux constatés avant le début de la pandémie.

Selon les simulations, en considérant les tarifs moyens disponibles sur le portail, la dépense d’électricité d’une famille ayant une consommation annuelle de 2 700 kWh était égale, au premier trimestre 2021, à 47,59 euros par mois, une valeur en hausse de 5% par rapport à la même période en 2020.

Si l’on considère la facture de gaz, en revanche, la dépense moyenne pour une famille ayant une consommation annuelle de 1400 smc était, au premier trimestre 2021, égale à 87,62 euros par mois, soit 1,7% de plus qu’au premier trimestre 2020.

Même si l’on considère l’évolution des prix sur le marché protégé, une tendance similaire se dégage : la pandémie a entraîné une baisse du coût de l’énergie dans la première partie de 2020, mais depuis le second semestre de l’année jusqu’à aujourd’hui, les prix ont progressivement augmenté.

Prêts personnels : plus compliqués

Tendance opposée pour les prêts personnels : le Covid-19 a eu un impact extrêmement négatif sur le secteur et l’épidémie de pandémie a entraîné une attitude plus prudente de la part des sociétés de prêt au premier semestre 2020, ce qui a entraîné une hausse des taux d’intérêt et un resserrement des critères d’évaluation des demandeurs.

Données en main, le Taeg moyen détecté en ligne pour un prêt de 10.000 € à rembourser en 5 ans a augmenté de 6% dans les premiers mois de la pandémie, passant de 6,25% en janvier 2020 à 6,63% en juin 2020, puis a progressivement baissé, complices d’abord de l’augmentation de la confiance des consommateurs, puis de l’arrivée des premiers vaccins et de l‘approbation des mesures de relance voulues par la Commission européenne. Grâce à tout cela, les indices sont repartis à la baisse pour arriver, en mars 2021, à 6,44%.

Téléphonie : quel bilan ?

Les nouvelles en clair-obscur viennent du monde de la téléphonie. Sur le front du mobile, il n’y a pas eu de changements majeurs entre les tarifs proposés de janvier 2020 à aujourd’hui : le montant moyen est stable à environ 13 euros par mois pour ceux qui changent d’opérateur ou activent une nouvelle SIM ; il est vrai qu’il y a eu quelques changements dans les tarifs les plus avantageux (passés de 4,99 à 5,98 euros / mois) et ceux réservés à certains changements spécifiques d’opérateur (passés, en moyenne, de 6,50 à 7,50 euros / mois). Il convient de noter que l’année dernière, le trafic de données mis à disposition par les opérateurs a augmenté, passant, en moyenne, de 50 Go en janvier 2020 à 70 Go en mars 2021.

En ce qui concerne les tarifs relatifs au service Internet à domicile, en revanche, l’analyse a montré une augmentation des prix proposés à ceux qui veulent changer d’opérateur ou activer une nouvelle ligne ; ils sont passés de 28,18 euros par mois en janvier 2020 à 29,68 en mars 2021, avec une augmentation de 5,3%. L’augmentation des tarifs a effectivement été détectée à partir du second semestre 2020 et après cette date, les tarifs sont restés stables.

Comptes courants

En examinant les comptes courants disponibles aucun changement significatif n’a été constaté du point de vue des coûts. Il faut toutefois préciser que l’offre bancaire est extrêmement large et qu’il existe de nombreuses exceptions ; s’il existe encore des comptes dits « sans frais », il faut noter que même certaines institutions qui offraient historiquement un service gratuit ont commencé à exiger des frais fixes.

Ce qui est évident, c’est que les institutions tentent de décourager les retraits en espèces (même en fixant un nombre maximum de retraits autorisés) et de favoriser les paiements par carte grâce à des promotions basées sur des mécanismes de cashback. Les primes pour l’ouverture d’un compte sont toujours là, bien qu’elles ne soient pas aussi importantes qu’en janvier dernier.

Dans le scénario des comptes francais, certains types de comptes émergent aujourd’hui : quelques comptes gratuits avec des retraits payants ou peu de retraits inclus, des comptes plus traditionnels avec des frais de maintenance élevés, des comptes avec des frais annuels relativement bas (1/2/3€ par mois), mais avec les autres caractéristiques gratuites (retraits, transferts, etc.) et, enfin, des comptes sans frais du tout, à condition qu’ils deviennent un véhicule pour payer les services publics, créditer les salaires et ainsi de suite. En outre, de plus en plus d’institutions tentent de décourager les comptes « gelés » ou les comptes présentant des liquidités excessives, qui peuvent devenir une véritable charge pour les banques elles-mêmes.

A quoi il faut s’attendre dans les mois à venir ?

Que pourrait-il se passer dans les mois à venir sur le front des taux ? Beaucoup de choses, expliquent les experts de notre site, dépendront de l’évolution de la pandémie, de la reprise de la confiance des consommateurs et de l’amélioration de la situation économique. En ce qui concerne les prêts hypothécaires, par exemple, si aucun changement majeur n’est prévu pour le taux variable, le taux fixe pourrait encore augmenter de quelques points de base si les prévisions d’inflation se confirment.

En ce qui concerne les prêts personnels, en revanche, l’amélioration des conditions générales devrait entraîner une augmentation du taux d’approbation des demandes de prêt ; en outre, une nouvelle baisse des taux d’intérêt et un réalignement sur les indices pré-pandémiques ne sont pas à exclure.

L’évolution des taux de responsabilité civile automobile est étroitement liée à la pandémie et aux éventuelles restrictions de la mobilité ; avec l’augmentation du nombre de véhicules en circulation et des accidents de la route, il n’est pas exclu que les taux d’assurance continuent à augmenter jusqu’à atteindre les niveaux d’avant la pandémie. Toutefois, les compagnies d’assurance peuvent choisir d’absorber une partie de ces augmentations et de maintenir les taux bas en utilisant les économies réalisées en 2020.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.